L'Hémérocalle, une fleur culinaire

L’hémérocalle se multiplie par les rhizomes, et divisions des plants Sol : tous les sols, humides et bien drainés, en zone de rusticité 3 et a besoin de soleil ou de mi-ombre.

Côté cuisine

En enlevant pistils et étamines, elle s’utilise fraîche pour les trempettes, les plats salées ou sucrés et les salades. On peut la farcir, la faire frire, la braisés, la blanchir et la déshydrater. Elle se congèle bien et le bouton frais s’ouvre lorsqu’il est placé dans un peu d’eau chaude. Alors, vous pouvez cueillir la fleur en bouton et la réfrigérer. Toutes les variétés (surtout celles à fleurs simples) sont comestibles. Même leurs pistils sont utilisés par certains cuisiniers pour parfumer les sauces et les huiles végétales.

Bienfait sur la santé

En infusion, il réduit l’hyperacidité et les ulcères digestifs, combat la constipation, est calmant, nutritif et régénérant. En cataplasme, il soigne brûlures, plaies et furoncles.

Propriétés antirides

On peut macérer les fleurs fraîches d’hémérocalle dans un mélange de glycérine végétale et d’eau de source (moitié eau, moitié glycérine). Cette macération aura des propriétés antirides, cicatrisante, régénératrice (tous types de peau). On peut rajouter cet extrait dans les crèmes, lotions, laits nettoyants, exfoliants, masques, gommages, gels, sérums, savons.

Extrait de la formation en ligne «Les fleurs comestibles au menu» – Bientôt disponible sur WFormation.

Écrire un commentaire

Vous pouvez utiliser ces codes html dans votre commentaire.

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>